cheveux de la femme

Publié le par AL MUMTAHANAH

 

Est-il permis à une femme musulmane de découvrir

sa chevelure devant une femme non musulmane

surtout si elle décrit la femme musulmane

à un parent à elle non musulman



Shaykh Ibn Uthaymeen

 

 

 

 

Cette question soulève des différences d'opinion concernant les différences d'interprétation de ce verset

 

Allah ta ' ala dit dans le Qour an

 

Sourat an-Nur / verset 31


( traduction approché )

 

 

"Dis aux croyantes de baisser leur regard, de préservé leur chasteté et de ne laisser voir de leurs parures que ce qui en apparaît et qu'elles rabattent leurs voiles sur leur poitrine ; et qu'elles ne découvrent leurs parures qu'à leurs maris, ou à leurs pères,ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris,ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes, ou aux esclaves qu'elles possèdent ,ou aux domestiques males impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes".

 


Il y a une divergence d'opinion concernant la référence au pronom dans le verset "les femmes". Certains disent que cela fait référence aux femmes en général.

 

 

D'autres disent que cela fait référence qu'aux femmes croyantes.

Selon la première opinion, la femme peut se découvrir le visage et les mains devant une femme non musulmane.

 

Selon la 2ème opinion, une femme musulmane ne peut le faire.

La première opinion me parait être la meilleure et la plus correcte. Ceci parce que lorsque la femme est en présence d'une autre femme, cela ne fait aucune différence sur le fait quelle soit ou non musulmane du moment que cela n'entraîne aucune tentation.

 

Cependant, si l'on craint quelque chose de cette nature, comme le fait qu'une femme décrit une femme musulmane à ses propres parents masculins, alors à ce moment là il est préférable pour la femme musulmane de couvrir son visage et son corps devant ce genre de femmes. Cette règle concerne aussi bien le fait que cette femme gênante soit musulmane ou non.


"On demanda à Abou Uthmann Annissâbouri:

Quelle est l'action pour laquelle tu attends le plus de récompense?

Il répondit :

" Quand j'était jeune ma famille voulait me marier mais moi je refusais. Un jour une femme vint me dire :

" Ô Abou Uthmann! Je t'aime et je te demande par Allah de me prendre comme épouse. "

J'ai appelé son père qui était pauvre, il nous a marié et il en était heureux. Lorsqu'elle est venue vers moi, je l'ai vu borgne, boiteuse et déformée, son amour pour moi m'a empêché de sortir, et pour ne pas la blesser, je suis resté cachant mon aversion pour elle comme si j'étais assis sur des braises. J'ai passé ainsi quinze ans jusqu' à ce qu'elle meure.

La meilleure action que j'ai donc fait c'était de ne pas la blesser dans son cœur"
 

 

[Sayyid ul-khatir, pages: 635-636].

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article